J’essaie d’agir sur ce que je veux changer.

Depuis 2010, je fais des raccompagnements avec Nez Rouge. En fait, je l’ai connu en tant qu’utilisatrice en premier, comme un peu tout le monde. Tu reviens de ton party de job ou d’un bar, tu ne sais pas comment te retrouver… Et j’ai vu l’affiche Nez Rouge. Tant qu’à l’utiliser aussi bien le faire aussi. Redonner un peu de ce qu’on utilise, alors avec des amis, avec mes parents, on y allait de temps en temps.

Il y en a qui sont présents tous les soirs à 6 heures à minuit, tout le temps. Moi, je ne pouvais pas être là tous les soirs. J’ai été là 7-8 soirs, à peu près 40 heures sur un mois, entre début décembre et le 31 décembre. J’aurais aimé être plus là plus souvent, mais dans la vie tu donnes ce que tu as. J’ai 23 ans et je suis aux études, j’étudie en administration.

Il y a 3 rôles, 3 accompagnateurs en tout qui sont une équipe. La première personne qui conduit sa voiture, c’est le conducteur. Il y a l’accompagnateur, qui remplit la paperasse, communique avec walkie-talkie, et la personne qui conduit la voiture du client. On se suit tout le temps, et on est toujours en communication avec la centrale en même temps. Dans une soirée d’habitude, ça commence vers 9h00 et on peut rester jusqu’à 4-5 heures du matin. Mais c’est toi qui décide quand tu arrêtes, quand tu es fatiguée. Ils ne veulent pas non plus des gens qui sont fatigués sur la route, pour ne pas ajouter du danger. D’habitude, tu fais 4-5 raccompagnements par soir.
Des fois il y a des soirées spéciales comme le vendredi et samedi. Souvent, des entreprises envoient leurs employés. Donc il peut y avoir 150 équipes fois 3, c’est 450 personnes. Ce sont les plus grosses soirées, où il y a le plus d’appels. Les soirées de semaines, c’est beaucoup plus tranquille, peut-être une quinzaine d’équipes.

En fait, il y a deux sortes de bénévoles : les bénévoles sur la route, et les bénévoles à l’interne qui prennent les appels et dispatchent les gens. Donc il y a beaucoup de choses à faire à l’interne. Cette année justement, je n’ai pas fait de raccompagnement, mais de l’animation, responsable dans la centrale avec l’équipe du comité organisateur.

Mon rôle, en fait c’était un nouveau secteur, pour les bénévoles. Si les bénévoles arrivent à 8h00, ils n’ont peut-être pas un appel tout de suite pour aller sur la route. Des fois, ça peut aller à 9h30-10h00, donc c’est de l’attente et il faut que le temps passe plus vite dans la centrale. Rendre ça le plus animé possible : on a fait des cours de zumba, mis de la musique de noël, essayé de rendre ça plus agréable.
Il faut que ça parte bien ta soirée, que tu partes sur une bonne note. Souvent entre deux raccompagnements, tu reviens à la centrale changer tes papiers, tu as peut-être une petite attente, on ne veut pas que le monde se fatigue pendant cette période-là. On est aussi allé chercher des massothérapeutes qui sont venus sur place pour masser les bénévoles. Ce sont des petites activités, en expansion.

Comme j’ai étudié en administration, j’ai aimé voir comment on organise, comment on planifie la campagne, où ça s’en va, comment ça se passe. C’est vraiment différent du raccompagnement. Quand tu es accompagnateur, c’est l’histoire d’une soirée, tu y vas, tu as du plaisir, tu es avec tes deux amis. Tu en fais le plus que tu peux, c’est le fun, tu ris avec les gens qui sont sur la route.

Ce sont deux choses différentes. Les deux sont vraiment le fun. Les gens sont vraiment accueillants, les gens dans la centrale, tout le monde est content d’être là, c’est du monde qui sont là par plaisir, par dévouement. Il y a en a qui sont là chaque soir pour raccompagner du monde, ils finissent par tous se connaître, ça devient comme une communauté, qui se sentent bien et qui aiment ça, qui viennent tout le temps, qui sont amis, qui se voient toute l’année durant.

Moi, j’aime beaucoup faire du bénévolat, j’en fais le plus possible et de plus en plus. Je sens que j’ai été favorisée dans la vie, puis c’est une façon d’aider ceux qui l’ont moins été. On peut chialer beaucoup dans la vie, sur ce qui va mal, mais on peut juste agir sur les choses sur lesquelles on a du pouvoir, moi j’essaie d’agir sur ce que je veux changer. Et je pense que diminuer l’alcool au volant, c’est la meilleure façon de changer quelque chose. C’est sur ça que j’essaie de travailler.

Je donne beaucoup de sang, souvent. Au lieu de chialer sur le système de santé, tu essaies de faire quelque chose qui va vraiment changer les choses. C’est deux mois entre chaque don. Ça fait pas longtemps que j’en donne, c’est juste la septième fois. Je trouve que le monde devrait y aller plus : j’y suis allée samedi, ça a pris 25 minutes en tout. Je feelais bien. 25 minutes de ma journée. Mon chum a juste eu le temps d’acheter un chaudron dans ce temps-là. Pourquoi le monde y va pas plus ? Qu’est-ce que ça fait ? Tu vas écouter un épisode de moins de ta série. Ça change rien dans ta vie d’aller donner du sang, puis ça aide les autres. Moi, je pense que c’est important.

J’ai organisé aussi, une vente de vêtements au profit de SOS suicide en septembre. C’est une cause qui me touche beaucoup aussi. J’essaie de faire petites choses comme ça, de l’aide aux devoirs, des choses qui peuvent aider concrètement des gens. Pour vraiment essayer de changer quelque chose.

Les études pour moi, c’est un moyen de pouvoir changer les choses plus tard. Je passe plus de temps sur le bénévolat, pour moi c’est plus important.

J’essaye de diversifier mes activités, j’essaie de voir le plus de choses possibles, de voir plusieurs organismes, de voir comment ça marche. Dans la vie, c’est un peu ça que je veux faire, travailler dans un organisme.
Et c’est sûr que je vais retourner à Nez Rouge, j’ai trouvé ça vraiment le fun ! Toutefois, certains sont là depuis 30 ans et il faut des gens pour prendre la relève ! Tout seul, ça ne marche pas. Il faut plus de monde !
Les jeunes devraient s’impliquer dans le bénévolat pour qu’il y ait une relève pour le futur. Prendre le temps : il faut juste que tu réfléchisses à comment tu pourrais faire pour aider.

Publicités
  1. brinsi

    salut,
    je suis anis , vraiment c’est formidable ce que te fais pour aider les gens sa demande beaucoup d’énergie et une personne dotée d’un cœur plein d’amour et de fraternité.
    Bon courage.
    Anis
    Tuisie

    Réponse

Laissez-nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s