gaetane-benevole-urlscn-crescendo-sport-loisir-quebec
gaetane-benevole-urlscn-crescendo-sport-loisir-quebec

C’est fou, ma vie, celle de mes amis ne serait pas la même sans ça, je n’aurais pas rencontré le père de mes enfants !

Je m’implique auprès de deux organismes : l’Union des Loisirs et des Sports, depuis le début des années 2000. Et la troupe Crescendo, depuis 1994.

À l’ULS au départ, je représentais l’école de cirque où je travaillais à cette époque-là. J’étais déléguée par mon organisation pour aller les représenter et j’ai été élue sur le conseil d’administration. Depuis, j’ai représenté deux autres organismes différents, mais toujours à L’ULS en loisirs et les sports, surtout le loisir culturel.
J’ai été administratrice quelques années, secrétaire quelques années, et trésorière depuis 3 ou 4 ans. À côté de ça, je participe à différents comités aussi : comme la refonte des programmes, il n’y a pas longtemps. Ça a été vraiment intéressant de réfléchir à l’ensemble de nos actions, s’il y a des meilleurs moyens d’aider le milieu, ce que le milieu veut, ce qu’on fait qui est intéressant. Donc ça c’était vraiment le fun. Et il y a d’autres projets : en ce moment, je suis sur le comité organisateur du Rendez-Vous Panquébécois de secondaire en spectacle qui est chapeauté par la région de la Capitale-Nationale. C’est beau, au niveau de la programmation, des formations qu’on va offrir, puis des visites que les jeunes et les parents pourront faire.

C’est sûr que mon implication bénévole, c’est beaucoup ma formation continue. Dans mon emploi, je suis dans des petites équipes de travail. Ce bénévolat est intéressant : je rencontre d’autres gens avec d’autres expériences. Ce que j’apprends là, je l’applique à mon travail. C’est de la formation en même temps.
Beaucoup de partenariats ont découlé de ça et de supers belles rencontres qui durent et qui servent autant dans mon travail que dans d’autre sphères, dans mon bénévolat et d’autres activités que je fais.

Et ça m’apporte beaucoup dans ma relation au travail. Quand quelqu’un va me demander pourquoi je vais travailler, je ne vais pas voir mon travail comme l’endroit où je vais ramasser des sous pour payer mes comptes. Je vais travailler parce qu’il y a ça à organiser, parce qu’il y a telle activité à faire, … Mon rapport au travail est vraiment plus agréable. Ce n’est pas bénévole, mais le bénévolat contamine la vision des tâches que j’ai à faire au quotidien.

Crescendo c’est très varié. Au départ évidemment, je dansais dans cette troupe-là, c’était mon loisir à moi. Puis rapidement en fait, j’ai pris la responsabilité au départ de la pré-troupe, ce qui est la porte d’entrée pour les plus jeunes qui veulent participer. Donc j’ai été répétitrice pour eux, je suis devenue chorégraphe aussi, et là je suis vite devenue responsable des chorégraphies. J’ai fait ça pendant longtemps. Ensuite, l’école Crescendo a vu le jour : c’est du loisir pour les tout-petits et j’ai pris la direction de cette école-là. Je me suis occupée d’organiser tout ça. Je donne des cours un petit peu aux petits, mais c’était plus de la gestion de l’ensemble des activités. Et là je suis encore active auprès de la directrice fondatrice tout en étant sur le conseil d’administration de cette troupe depuis quelques années.

C’est sûr que le plus fun, c’est d’être active comme chorégraphe ou, en tout cas, comme metteur en scène chorégraphe, tout dépendant des projets. C’est vraiment d’être dans l’action. Je danse un petit peu, mais beaucoup moins. J’ai 39 ans et c’est la famille qui m’occupe, la disponibilité est moins là. Je joins l’utile à l’agréable : même si je danse moins, je suis encore capable d’aller monter un projet, monter une chorégraphie avec les filles qui sont là, qui dansent de façon plus régulière. Ça me garde active et ça m’apporte beaucoup.

C’est toujours des rencontres, le travail qu’on fait avec ces gens-là, le partage qu’il y a avec eux. C’est vraiment du beau monde, on travaille ensemble vers un projet, vers un spectacle, vers une tournée, vers ce qui s’en vient, alors c’est tout le temps agréable. On travaille très concrètement et c’est ça qui est le fun finalement. Ça permet d’avoir plus que juste aller travailler et m’occuper de la famille, alors c’est une belle obligation.

En fait de belles rencontres, c’est fou, ma vie ne serait pas la même, je n’aurais même pas rencontré le père de mes enfants ! J’ai rencontré mon chum pendant une tournée que je faisais avec cette troupe-là. Après 3 semaines de tournée, de retour à Québec on a continué à se voir, et là ça fait 10 ans cette année. C’est merveilleux ! C’est pas mal le plus beau moment de toute mon implication bénévole. Qui a donné les plus beaux résultats aussi. Il m’a fait 3 enfants extraordinaires, ma vie ne serait pas la même. Ça, c’est assez dur à battre !
Vraiment, ma vie, celle de mon entourage, de mes amis a beaucoup été contaminée par ces rencontres-là. Alors évidemment, mes plus grands amis sont des gens avec qui j’ai été membre de la troupe et avec qui j’ai participé à différents projets. Ça serait très différent.

Je suis tombée dans le bénévolat très jeune, je viens d’une famille qui a toujours été active en bénévolat. Je ne me suis pas posée la question si c’était une possibilité ou pas : c’est normal, ça fait partie de la vie. Quand on participe à quelque chose, il y a tout le temps des tâches bénévoles qui viennent avec ces activités-là et ça prend des gens pour les faire et moi je lève la main, tout le temps. Je trouve qu’on se met tout le temps dans une meilleure position aussi, que c’est toujours plus intéressant d’être partie prenante de l’activité du projet, de l’organisation, de l’école, du sport que tu fréquentes. Si il y a des choses que tu penses qu’il faudrait améliorer et bien tu es à la meilleure place pour le faire : tu peux changer les choses. Tu as les bons réflexes, parce que tu as une meilleure connaissance de l’organisation. Ça nous met dans des belles positions et dispositions pour apprécier plus ce que l’on fait, ce à quoi on participe. Et c’est plus agréable, tu te sens plus chez toi quand tu arrives dans ton activité.

L’implication bénévole à long terme, c’est quelque chose d’intéressant, mais en même temps, il y a des tonnes de fois où j’ai fait du bénévolat de façon ponctuelle. Il y a un événement qui requiert 60 000 bénévoles pendant 2 jours ? Les réseaux tournent et quand tu as fait un peu de bénévolat, souvent les gens t’appellent. Ou c’est mon père qui ne nous demande pas la permission et qui nous a inclus dans son bénévolat ! Une compétition de patins, puis là, pendant 2 jours intensivement tu participes à cette compétition-là ; un spectacle ou une randonnée cycliste. Peu importe, à chaque fois il se passe quelque chose, puis ce moment-là est le fun. Et ça vaut bien des billets de spectacles que tu achèterais bien cher, ou bien des sorties que tu te payerais. Tu donnes de ton temps, des fois on a juste une journée dans le mois, mais on l’a celle-là et on peut la donner.

Publicités

Laissez-nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s