jacques-benevole-autonhommie
jacques-benevole-autonhommie

Je suis toujours ouvert à donner au suivant : si j’aide au moins 1 personne à chercher de l’aide, j’en suis fier.

Autonhommie, je les connais depuis 5 ans, ça m’a donné un gros coup de pouce, beaucoup d’outils, ça m’a permis de renouveler mon coffre à outils, je le dis souvent. Je suis toujours à donner au suivant, ça toujours été très fort chez moi. C’est un organisme qui m’interpelle beaucoup, donc quand il y a un besoin ça me fait plaisir. Et si une personne a besoin d’aller chercher de l’aide, de mettre des choses en place, je vais être fier de ça. J’ai un garçon qui a 17 ans et je lui envoie de pistes de solution, pour son coffre à outils à lui et j’espère qu’un jour, il va se servir de ça aussi.

J’aide à faire connaître l’organisme, j’ai témoigné de mon expérience dans des articles ou à l’émission « C’est ça la vie » qui est venue tourner à Québec exceptionnellement. Ils avaient besoin d’un témoignage. En 2 minutes, il fallait que je dise mon vécu et pourquoi j’ai été chercher de l’aide. De ces deux mandats, j’ai eu des échos, par rapport aux articles qui ont paru dans les journaux, par des gens qui me connaissaient ou de plus loin, alors je sais que maintenant ils connaissent les services d’Autonhommie. Dans mon milieu de travail, à l’Université Laval, je parle aussi de l’organisme et des gens viennent communiquer avec moi pour en savoir plus.
J’ai trouvé que c’était un beau défi lorsqu’on m’a demandé de témoigner ou de faire des choses publiques. Je suis introverti, même si ça paraît pas toujours, donc ça va à l’encontre de ça. J’ai dit oui parce que je crois à l’organisme et aux valeurs qui sont prônées. Ce que j’espère en parlant d’Autonhommie, c’est qu’un jour il y ait un volet éducatif pour que les jeunes aient d’autres réflexes, d’autres manières d’agir pour éviter toutes sortes de drames par rapport aux problématiques des hommes.

Je suis content d’avoir trouvé cet organisme parce que j’ai attendu longtemps avant de chercher de l’aide. Les gars, on est fait comme ça. Mais j’ai compris et je me suis retrouvé, il y a 5 ans.
C’est un organisme méconnu et moi, ça me fait toujours un petit velours de savoir que j’ai aidé quelqu’un dans la vie, je trouve ça énorme. Je vais au-delà de mes craintes, de ce qui pourrait me chicoter là-dedans. Je vois ça comme un défi, comme un avancement pour moi et pour autrui. C’est à ce niveau-là qu’Autonhommie me rejoint beaucoup.

C’est pas une solution miracle, mais pour moi ça été nouveau, de se renouveler. Avant j’étais en action, mais pas comme maintenant, j’avais pas de plan B, de plan C, … Maintenant, j’ai toujours des alternatives et j’ai changé mon attitude, je regarde toujours le côté positif même quand ça paraît noir. Et des épisodes plus dramatiques de ma vie, j’ai eu un soutien sans équivoque d’Autonhommie, ça m’a donné la chance de prendre un nouveau départ.
À un moment donné j’ai compris que je n’étais pas un sauveur, mais j’essaie de semer quelque chose de bien, de voir comment ça va pousser et comment les gens vont l’utiliser. Si je peux aider des gens, je vais être bien content, même si c’est de façon indirecte, par les choses que j’ai dites ou distribuées.

Ça m’a permis de retrouver ma place et de prendre mon espace à moi. J’ai toujours été intéressé à me connaître, sauf qu’avant je ne connaissais pas mes mécanismes et pourquoi à l’approche de 45 ans, j’étais rendu à un cul-de-sac dans ma vie. Quand je me regarde il y a 5 ans, la base est la même, mais c’est personnalité, ma façon d’agir, … Je suis très différent. J’ai réappris à goûter à la vie, j’ai re-apprivoisé la vie et je suis heureux de ça.

Actuellement, on veut partir une campagne de levée de fond et mieux faire connaître l’organisme et je me suis inscrit, j’ai donné des heures. Ils m’ont demandé d’être garant du groupe où je suis et là on est en train de cogiter tout ça. On va avoir une réunion prochainement pour savoir où on s’en va et je fais le suivi avec les 3 bénévoles, pour moi c’est important. Tout ça, c’est le soir, ou la fin de semaine. Les bénévoles avec qui je suis actuellement sont tous des hommes, parce qu’Autonhommie est un organisme qui vient en aide aux hommes ; les femmes ont d’autres organismes qui leur viennent en aide.

Ce qui m’a amené à Autonhommie, il y a 5 ans, c’est une rupture de mon couple qui durait depuis 15 ans. J’ai dû faire un ménage pour moi-même par rapport à ma relation, à ce qui m’a amené là, ce qui ne répondait plus à mes besoins. Je suis passé d’une situation de couple avec une famille à une situation tout seul avec mon garçon, je devais me positionner comme père. Et au niveau économique aussi, je suis tombé dans un marasme après ma séparation et je suis pas encore tout à fait sorti de ça.

Ce qui est bon aujourd’hui, c’est que dans ma tête, je suis confortable. Je dis souvent que je suis confortable parmi ceux qui sont inconfortables. Maintenant, à toutes les semaines je fais mon bonheur. À un moment donné je me disais « Je vais attendre que tout se règle, ensuite je vais m’occuper et avoir du plaisir à quelque part » Wo, Wo, Wo. Je vois les limites que j’ai et je vois toujours les zones de confort, les choses qui me font du bien. C’est prioritaire : prendre un café, jaser, pour moi c’est ce qui me fait allumer.

J’ai des projets et je vis vraiment maintenant, ça aussi c’est un gros changement. Je sais pas de quoi va être fait demain, ou ce soir, mais j’ai des projets, on les fait dans le présent.
Comprendre que la sécurité ça n’existe pas. Que la vie, c’est comme le vent, ça va à gauche, à droite, ça peut changer et je me garde un espace pour avoir de la latitude. Comme tout n’est pas établi à la seconde près, je fais avec les imprévus, avec ce qui va survenir.

Avec ce bénévolat j’ai appris à mieux gérer les coups durs. Avant c’était la panique totale, aujourd’hui je suis capable de gérer quand ça vient, de faire avec et de composer avec la situation, de ne pas paniquer.

Et Autonhommie m’a aussi permis de sortir de l’isolement et de rétablir des liens. Il y a trois personnes principalement qui sont devenus des bons chums. On se voit une fois par mois, on fait des activités, jouer aux quilles, aller au resto, au ciné, prendre un café, jaser,… On ne parle pas nécessairement de nos problèmes, on se fait du fun, mais s’il y en a un qui feel moins bien, un autre va tâter le terrain.

Dans les dernières années, j’ai beaucoup changé au niveau de mon look. Vous m’auriez vu il y a six mois, j’avais pas le même look que là, et dans six mois ça va être autre chose. J’ai eu des tatouages capillaires, mes cheveux ont changé de couleurs… J’ai du fun là-dedans, je le fais pour moi.
Si autrui aime tant mieux, sinon tant pis. Ce n’est pas non plus dans le but de choquer, c’est ce qui m’habite en dedans et je n’ai pas peur de l’exprimer. C’est de même dans mes looks de cheveux et de vêtements : ça, c’est moi.
J’ai compris que je ne pouvais pas satisfaire tout le monde ou plaire à tout le monde, et que la personne la plus importante sur la planète, c’est moi. Si je ne m’occupe pas bien de moi, ne prends pas soin de moi, je ne peux pas m’occuper de mon garçon ni de qui que ce soit d’autre. J’aime écrire, et depuis trois ans, j’écris de la poésie, j’en garde des petites bribes, j’en partage, ça aussi c’est moi.

En tout cas, c’est un message d’espoir : on est dans une société où toute va vite et où on sur-consomme. Je ne remets pas ça en cause, je ne changerai pas le monde, mais j’ai besoin de retrouver des valeurs saines. Le bénévolat, je crois à ça, donner au suivant, c’est des petits gestes qui font qu’on avance à grand pas.
J’avais amené une plume (voir les photos ci-dessous).

La plume est le symbole de mon nouvel envol, dans mon rôle de bénévole.

Publicités

Laissez-nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s