karl-benevole-mentor-architecture-soiit-quebec
karl-benevole-mentor-architecture-soiit-quebec

C’est toujours très stimulant, j’aime beaucoup échanger et être capable d’aider.

Ça doit faire à peu près 3 ans que j’ai commencé au SOIIT (Service d’orientation et d’intégration des immigrants au travail). Je l’ai connu par une stagiaire en architecture, immigrante, au bureau d’architecte où je travaille. Le programme de mentorat du SOIIT l’a contactée pour savoir si elle connaissait quelque un qui pourrait être bénévole —mentor pour les immigrants. Et j’ai accepté de faire ça.

Le mentorat, c’est pour un professionnel immigré d’un autre pays qui n’a pas son statut professionnel au Canada. Ces personnes-là s’en vont au SOIIT pour trouver des emplois et s’il y en a qui sont en architecture, je suis une des personnes qui peut être contactées pour être mentor pour des gens qui sont architectes dans leur pays et n’ont pas leur statut ici.

Parce que ça prend une reconnaissance de diplôme et plus que ça : la reconnaissance, c’est une première étape pour être accepté comme stagiaire par l’OAQ. Par la suite, il y a tout un processus de stages et d’autres cours à l’université même si votre diplôme est reconnu. Donc ce processus-là est assez long et souvent l’architecture se pratique d’une façon très différente dans leur pays : les techniques de construction, mais le rôle de l’architecte est différent aussi.
J’ai eu la même expérience quand je suis arrivé ici. J’ai été formé en Californie, j’ai vécu là toute ma vie, l’architecture là est sensiblement la même chose qu’ici. Mais les gens d’ici, avec le climat froid, pensaient que je ne connaissais pas les techniques de construction et d’isolation. C’est la même chose pour les autres professions, il y en a plusieurs qui sont représentées dans le mentorat au SOIIT.

Alors, le mentorat c’est 6 ou 7 rencontres de 2 heures aux 2 semaines. On jase de toutes sortes de sujets : de l’intégration, de comment trouver un emploi, comment travailler en architecture au Québec, …
J’ai développé un programme où je parle de différents aspects qu’ils doivent connaitre pour travailler en architecture et on traite un sujet à chaque réunion. En commençant par raconter chacun nos parcours professionnels. Dans les 3 mentorats que j’ai suivi jusqu’à date, chacune des trois personnes avait déjà trouvé un emploi. Donc je n’avais pas besoin de parler de comment trouver un emploi, mais il y avait besoin de beaucoup d’aide sur « comment travailler ».

Je participe aussi à un autre programme pour les immigrants, au niveau fédéral. C’est pour les aider à éviter tout le processus de stages qui est très difficile et long. C’est un processus d’évaluation pour les architectes qui ont au moins 7 ans d’expérience dans leur propre pays. Maintenant, on va être capables d’évaluer si un architecte qui arrive ici a ce qu’il faut avoir son permis et si non, quelles actions il doit entreprendre afin d’éviter le long processus.

Transmettre mon expérience, c’est une des raisons. L’autre c’est mon côté pédagogique, que je n’exploite pas ici professionnellement, mais j’ai un certain talent pour ça. Donc en faisant le mentorat ça me permet d’exprimer mon côté pédagogique, ça m’apporte de la satisfaction personnelle.

Je reste en contact avec tous les gens qui ont déjà passé le mentorat avec moi. Il y a deux ans, j’ai fait un grand BBQ pour les immigrants chez moi. J’ai invité tous ces gens-là et leurs familles et quelques autres personnes, c’était le fun !

Les deux activités sont très le fun. J’aime beaucoup échanger avec des immigrants comme moi, puis de parler des difficultés… Ça me réconforte et eux autres aussi je crois. Donc c’est toujours très stimulant.
Quand on va à des sessions du programme fédéral, il y a des architectes qui viennent de partout au Canada. La majorité sont plus âgés que moi et ont donc plus d’expérience : c’est vraiment intéressant d’échanger avec eux et de penser que je suis en train d’aider des immigrants à s’intégrer plus rapidement. Pour moi quand je suis arrivé, ça m’a pris 10 ans de stages avant que je puisse passer l’examen. J’ai fait le processus complet, alors j’aime être capable d’aider les gens qui peuvent avoir plus rapidement un statut ici.

Publicités
  1. Eva

    bonjour carl
    ton témoignage est tellement touchant… moi aussi je suis une immigrante et depuis j’ai du mal à trouver du travail.

    Réponse

  2. Johnd592

    Its like you read my mind! You seem to know a lot about this, like you wrote the book in it or something. I think that you can do with a few pics to drive the message home a bit, but instead of that, this is fantastic blog. A fantastic read. I will definitely be back. dggfekceadkk

    Réponse

Laissez-nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s