roland-benevole-chevaliers-de-colomb-saint-basile-portneuf
roland-benevole-chevaliers-de-colomb-saint-basile-portneuf

Je rends service, c’est une façon naturelle d’aider les autres.

Je demeure à Saint-Basile dans Portneuf et je m’implique dans les Chevaliers de Colomb sur place et aussi au Club Toast Master de Sainte-Foy.

J’ai 67 ans et ça fait presque 40 ans que je suis dans les Chevaliers de Colomb, depuis 1974. C’était l’organisme qui était le plus en opération, le plus visible pour la municipalité, un village de 2600 habitants. J’étais impliqué aussi dans la Fabrique, c’est pour les églises catholiques du Québec.  Lorsque j’avais 18 ans, je faisais Jeunesse étudiante catholique qui n’existe plus aujourd’hui. Après ça, j’ai terminé mes études et je suis parti travailler dans l’Ouest Canadien, puis à mon retour, j’ai commencé à m’impliquer.
Aux Chevaliers de Colomb, où mon implication est la plus grande, je rends service aux membres, et c’est une façon naturelle disons, d’aider les autres.

Depuis 1988, je m’occupe de collectes de sang. Au début c’était la Croix-Rouge, maintenant ça s’appelle Héma-Québec. Ça fait plus que 25 ans. Pour les organiser, on rencontre la représentante d’Héma-Québec. Ensuite, je m’occupe de la publicité, via la radio communautaire qui est à St-Raymond et qui donne de l’information à Pont-Rouge, St-Raymond, St-Marc des carrières. On en met aussi dans le courrier de Portneuf, puis il y a les affiches de collectes de sang. Je fais la distribution avec la co-responsable selon les municipalités : on en met dans les commerces.

La journée de la collecte, je m’occupe de trouver des personnes pour le déchargement du matériel, puis à la fin de la soirée, pour remettre ça dans le camion. Auparavant je faisais ca tout seul, mais, maintenant, j’ai plus de collaborateurs, donc c’est plus facile, il y a moins de travail à faire. Et je donne du sang depuis 1988 ! Avant, j’avais peur d’en donner et aujourd’hui je suis rendu à une soixantaine de dons. J’en donne aux 2 collectes qu’on organise et à l’occasion à Place Laurier, à Globule.

On a aussi un encan depuis 30 ans. Je suis responsable de cette activité-là, qui est parrainée par les Chevaliers de Colomb. On a des compilations d’heures de bénévolat : en 2012 avec l’équipe, on a fait 400 heures sur l’année. Tout au long de l’année, il y a des gens qui nous donnent des affaires à vendre à l’encan. Supposons qu’ils ont un poêle : il est moins à leur goût mais fonctionne très bien. Au lieu de l’envoyer au rebus, ils m’appellent puis on va le récupérer. On a un entrepôt où l’on stocke jusqu’à ce qu’arrive de l’encan. Puis c’est vendu et les bénéfices sont remis à la Fabrique.

L’encan à lieu le dernier dimanche de septembre, mais à partir du mois de novembre précédent, on a des appels pour aller ramasser des affaires pour l’année suivante. J’en ai quasiment toutes les semaines. Les gens m’appellent parce qu’au bout de toutes ces années, ils savent que c’est moi qui en suis responsable. C’est pas toujours facile de trouver des gens qui sont d’accord pour aider toute l’année. Mais il y a beaucoup d’aide lors de l’encan : on commence le jeudi et ça a lieu le dimanche. Tout ce qui est dans l’entrepôt, on l’amène au centre communautaire. Dès le vendredi on commence à ramasser, dans les rangs, à l’extérieur du village, puis dans les rues. On fait ça le vendredi et le samedi puis le dimanche, c’est vendu !
Il peut y avoir jusqu’à 250 personnes. Pour l’annoncer, je prépare une fiche circulaire qu’on met dans le publi-sac.
Il y a d’autres activités aux Chevaliers de Colomb, mais je ne suis pas nécessairement sur le comité : la visite des foyers de personnes âgées, la fête des enfants de St-Basile, …

C’est formateur puis j’aime ça rencontrer des gens. J’ai travaillé plusieurs années pour le gouvernement du Québec, 30 ans environ. J’étais souvent sur la route, je travaillais pour les plaintes. On a été formé pour être capable de rencontrer les gens et de bien s’en sortir.
De rendre service à d’autres, c’est naturel, parce que j’ai quand même été assez choyé, c’est pour ça que j’ai commencé à faire du bénévolat à 18 ou 19 ans.

Publicités

Laissez-nous un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s